Accueil

L’Association Région Sud Terres Créoles (ARS Terres Créoles) est une association d’Education populaire de droit français (loi du 1er juillet 1901) agréée et sans but lucratif. Elle a été fondée en 1982 et s’intitulait alors Association Réunion-Seychelles Terres Créoles. Son objectif initial était de mieux faire connaître l’héritage créole commun entre les Seychelles et la Réunion, issu d’une même histoire et que les aléas de la colonisation (anglaise pour les Seychelles et française pour la Réunion) avaient estompé.


L’association avait un pendant associatif aux Seychelles (Association Seychelles-Réunion Terres Créoles) qui œuvrait dans le même sens avec l’appui du gouvernement seychellois. De multiples opérations (expositions, édition, présentation de films) tant aux Seychelles qu’à la Réunion devaient permettre de surmonter les incompréhensions politiques entre un régime seychellois marxisant issu d’un coup d’Etat et un département français ultramarin longtemps perçu comme un espace à décoloniser. L’ARS Terres Créoles joua longtemps, à la marge de la diplomatie officielle, les intermédiaires pour désamorcer les malentendus. Son rôle politique fut publiquement reconnu par le Ministre seychellois Maxime FERRARI dans son discours au Méridien Saint-Denis en 1983, en présence du Préfet de la Réunion M. BLANGY.



Les efforts de rapprochement furent couronnés de succès quand la Réunion fut enfin admise à la Commission de l’Océan Indien en 1984. Il est significatif de signaler que c’est l’Etat seychellois, hier président de la commission de décolonisation de la Réunion à l’OUA, qui proposa la candidature de la Réunion (France) à la COI.

Une page étant tournée, l’Association Réunion-Seychelles Terres Créoles modifia son intitulé tout en conservant son sigle pour devenir Association Région Sud Terres Créoles, avec une certaine continuité dans la démarche.


Une association éditrice

Grâce aux concours de l’Etat, de la Région et du Département de la Réunion, l’association a publié près d’une centaine d’ouvrages (livres ou revues) à ce jour dans cinq collections : Mascarin, Clepsydre, Indigotier, Mnémosyne et Europa. Elle a également noué des partenariats avec le Centre de Recherche Indiaocéanique et les Editions de l’Océan Indien (Maurice) pour des ouvrages en français, en anglais et en créole.

Elle a été choisie par l’Etat pendant plus d’une dizaine d’années comme opérateur-support pour le Grand Prix du Livre de l’Océan Indien pour la Jeunesse (Prix Jacques Lacouture), quatrième prix littéraire du ministère de la Jeunesse et des Sports.


Elle a participé à des manifestations culturelles en Métropole, au Canada, à Madagascar, à Maurice, à Rodrigues et aux Seychelles.


Depuis 1982 à nos jours, elle a compté comme président : Mario Serviable (le président actuel), Jean Alby, Georges Dijoux et Emilie Rivière.


Deux objectifs ont toujours déterminé son action : la défense de la langue française et la volonté de mieux faire connaître la partie maritime, tropicale et lointaine de l’histoire de France.